Le deuxième procès de Guy Turcotte : une occasion de repenser la justice criminelle?

Depuis quelques semaines déjà, se déroule le deuxième procès de Guy Turcotte, accusé des meurtres de ses deux enfants. Depuis la semaine dernière, c’est le témoignage d’experte d’une psychiatre qui attire l’attention. Comme lors du premier procès, une grande couverture médiatique est accordée à cette affaire qui ne laisse personne indifférent.

Que m’inspire ce deuxième procès de Guy Turcotte?

Pour moi, ce deuxième procès c’est une grande victoire pour le public québécois. On se souviendra qu’à l’issue de son premier procès, Guy Turcotte avait été jugé non criminellement responsable pour cause de troubles mentaux, en raison d’un diagnostic de trouble de l’adaptation, avec anxiété et humeur dépressive. Cette décision avait suscité une immense vague d’indignation partout au Québec, au point où il y avait eu des manifestations devant le palais de justice à St-Jérôme, à Montréal et ici même à Sherbrooke.

Bien qu’il n’était pas évident d’aller en appel de ce jugement rendu par un jury, puisque ça supposait d’invoquer des erreurs dans les directives du juge au jury, le directeur des poursuites criminelles et pénales y est allé et la Cour d’appel lui a donné raison en ordonnant la tenue d’un deuxième procès. À mon avis, la mobilisation populaire a pu avoir une influence sur ce revirement.

Et pourtant, ces manifestations contre le premier jugement avaient été critiquées par certains à l’époque et ces critiques étaient justifiées par de bonnes et de moins raisons.

Parmi les raisons invoquées pour critiquer les manifestants indignés par le jugement, il y avait le fait que ces simples citoyens étaient moins bien informés que les membres du jury qui, à la lumière de toute la preuve, avaient rendu ce verdict de non responsabilité criminelle. À mon avis, cette critique n’est pas si bonne que ça. Car d’une part, comme on le voit ces jours-ci avec le deuxième procès, cette affaire est très bien couverte par les médias qui, presque chaque jour, font un compte-rendu rendu du témoignage. Donc, les auditeurs peuvent se faire une opinion assez éclairée du procès et de son issue. Et ils ont droit d’être admiratifs ou critiques du système de justice. D’ailleurs, c’est pour ça que les procès sont publics, pour que les citoyens, qui paient pour ce système, puissent s’en faire une opinion et au besoin le critiquer. C’est sain pour la démocratie que la justice ne soit pas à l’abri des critiques.

Certes, les simples citoyens n’ont pas pu voir toute la preuve comme les membres du jury. Mais c’est pas leur faute; c’est celle du système, si au Canada les procès ne sont pas télédiffusés comme ils peuvent l’être aux États-Unis.

Et les bonnes raisons de critiquer ces personnes qui ont manifesté pour qu’il y ait un deuxième procès, qu’elles sont-elles vous demandez-vous?

Bien, au-delà des manifestations devant les palais de justice, l’indignation populaire s’était aussi exprimée sur les réseaux sociaux. Comme c’est souvent le cas sur ces réseaux, cela avait donné lieu à des dérapages. Par exemple, certains en ont profité pour prôner le retour à la peine de mort; ce qui est évidemment une très mauvaise idée, ne serait-ce que parce que dans tous les systèmes de justice, y compris ceux prévoyant la peine de mort, il y a parfois des erreurs judiciaires.

Cela dit, les dérapages de quelques individus ne doivent pas entacher les centaines de citoyens parfaitement raisonnables qui ont exprimé leur indignation et qui ont ainsi pu contribuer à l’obtention de ce deuxième procès… même s’il est difficile de dire si les juges ont pu être influencés par la population

Chose certaine, à travers la multitude des procédures, puisque Guy Turcotte s’est rendu jusqu’en Cour suprême pour éviter ce deuxième procès, la question s’est posée. La couronne a plaidé l’importance de la confiance du public envers la justice et le fait que le procès était très suivi par la population, alors que la défense a plaidé l’importance que les tribunaux prennent leurs décisions en toute sérénité et donc à l’abri de la clameur publique.

Mais au-delà de ce deuxième procès et des quelques dérapages, la mobilisation populaire suite au verdict dans le premier procès a été l’occasion de se questionner sur divers aspects du système de justice. Qu’on pense au rôle des psychiatres comme témoins experts, à la pertinence ou pas des jurys, à l’équilibre des parties entre une couronne sous-financée et une défense  très bien payée par un accusé fortuné, ou encore à cette fameuse disposition du Code criminel prévoyant la non-responsabilité  pour cause de troubles mentaux.

La question est maintenant de savoir si ce deuxième procès et la couverture médiatique l’entourant pourraient être l’occasion de pousser plus loin la réflexion sur ces questions.

En théorie oui, surtout que la défense revient avec l’argument des troubles mentaux. Cependant, dans les faits, c’est pas évident. Certains médias couvrent le procès de manière sensationnaliste, en insistant sur des détails sordides ou relevant de la vie privée, et sans trop faire appel à des experts pouvant aborder ces questions complexes plus larges. D’autres médias plus professionnels font appel à des experts. Mais fréquemment, les experts, souvent des avocats praticiens appelés à plaider devant les tribunaux, se montrent très déférents envers le système de justice et plutôt condescendants envers les préoccupations des citoyens indignés, ce qui ne favorise pas nécessairement la réflexion. Espérons qu’après ce deuxième procès, une fois la poussière retombée, une réflexion sur ces enjeux sera entamée, et qu’elle se fera à l’abri autant du sensationnalisme que de la confiance aveugle en la justice.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s