“Quasi Constitutional” Status as *Not* Implying a Form Requirement

In his post on I-CONnect, Adam Perry writes that the British cases on what are known in the UK as constitutional statutes (and in Canada as quasiconstitutional statutes) “have been very controversial in constitutional circles”, whereas, by contrast, the Canadian cases caused barely a ripple. I would like here to take up the invitation, and to throw a tiny pebble into the lake.

Elsewhere — in a chapter on whether Quebec may adopt a “written constitution” for a book building on work presented at a symposium convened at Yale by Richard Albert I incidentally develop an argument about quasi-constitutional statutes in Canada.

My main argument is that the only way to enact formal constitutional provisions thatare part of the supreme law, so that they may invalidate ordinary ones, is to use one of Canada’s special constitution-changing procedures, which are different from and more demanding than the ordinary process of enacting a statute by aexercise of ordinary legislative power. These special procedures are entrenched in sections 35.1,3843, and 4648 of the Constitution Act 1982. It is worth noting that, whereassection 35.1 is not included in Part V, titled “Procedure for amending Constitution of Canada” but is nonetheless part of that procedure, other sections which are included in that Part, among them section 45, pertaining to “laws amending the constitution of the province”, are not. To summarizemy general thesis is that, in accordance with the “unwritten” principle of parliamentary sovereignty, both the federal parliament and provincial legislatures may probably not legally bind their successors or even themselves, even by (true) “manner” or “form” requirements, the meeting of which the validity of subsequent legislation would be conditional upon. My point is that the limited range of so-called “manner and form” requirements (from ordinary legislation) that are permissible under Canadian constitutional law using ordinary legislation should be understood as statutory interpretation rules, in the sense of rules allowing actors to resolve inconsistencies between enactments of a same legislature, and not as conditions for legal validity. This is where the idea of “quasiconstitutional” statutes becomes relevant.

Indeed, express protection against implied repeal, or a primacy clause providing for an exception if a subsequent statute expressly states that it is intended to apply notwithstanding that clause or its including act, is commonly regarded as a “form requirement (G. Carney, 1989, at 72). Such protections are found in Canadian law, notably in federal and provincial human rights legislation. There seems to be no doubt about their constitutionality, but I think they are mischaracterized as “form requirements”, and, more importantly, that they do not amount to conditions of validity, but only of operation.

I also think that they are in part superfluous. Regardless of how such protection clauses may vary across statutes, and whether any type of these so-called “form requirements” are to be found at all, Canadian case law has recognized that certain statutes have “quasiconstitutional” status, the effect of which remains unclear. Thisspecial status is based on the perceived special importance of their contents. It was judicially conferred on human rights legislation as well as statutes concerning language rights, citizenship, access to information and privacy, and the right to a clean environment.

When we limit the analysis to federal and provincial human rights acts, we first notice that three acts, the Canadian Human Rights Act, the Human Rights Act of New Brunswick, and that of Nova Scotia, do not contain any protection clauses against implied repeal. Secondly, we note that among the nine remaining acts, which do contain such provisions, three of them do not expressly make a “form requirement” but only state a primacy rule. These are the British Columbia Human Rights Code (s. 4), Newfoundland and Labrador Human Rights Act (s. 5), and Prince Edward IslandHuman Rights Act (par. 1(2)). In order to illustrate this point, we contrast section 52 of the Quebec Charter of Rights and Freedoms with section 5 of the Newfoundland and Labrador Human Rights Act. The former reads: “No provision of any Act, even subsequent to the Charter, may derogate from sections 1 to 38, except so far as provided by those sections, unless such Act expressly states that it applies despite the Charter.” The latter simply reads: “This Act shall take precedence over other Acts where they conflict with this Act whether those Acts were enacted before or after this Act comes into force.”

Most primacy clauses, whether they are followed by a “form requirement” or not, derogate expressly from the common law principle lex posterior derogat anterior. In all likelihood they implicitly derogate from other common law interpretation principles as well, such as lex specialis derogat legi generali (Heerspink, 1982, at 158, Lamer J). The point is, despite the pronouncements of the Supreme Court of Canada(Canada Assistance Plan reference, 1991, at 563), clauses that protect against implied repeal or amendment are not “form requirements” for the validity of subsequent legislationRather, they aid statutory interpretation in the case of inconsistencies.

Notwithstanding the language found in case law and commentary, I think it is simply as such that they are accepted in Canadian constitutional law. This is why I am of the opinion that the express “requirement” of express repeal or amendment by a protection clause is superfluous, quite aside from the question of whether they speak the truth. In other words, a clause such as section 4 of the BC Human Rights Code, which simply states “If there is a conflict between this Code and any other enactment, this Code prevails”, has a very limited (positive law) “legal truth” value.

But it is not only provisions like section 4 of the BC Human Rights Code, or section 5 of the NFL Human Rights Act, or paragraph 1(2) of the PEI Human Rights Act that do not convey much legal truth, but also the “quasiconstitutional status” doctrineAs I said, this doctrine applies according to the substance of a statute, regardless of possible protection clauses let alone their specific wordingIn addition to their exceptional precedence over other formally ordinary laws that do not constitute a “clear legislative pronouncement” (Craton1985, at para 8) of their repeal or amendment, quasiconstitutional statutes are supposed to be interpreted liberally, so that the obligation incumbent upon judges to construe them so as to reconcile them with other statutes, should, as far as possiblework in their favour. (For a codified example of this interpretation principle, see section 2 of the Canadian Bill of Rights, and, in a comparative perspective, see also section 3 of the UK Human Rights Act 1998, as well as Alison L. Young’s article.) However, in Canada at least, even this is theory. In practice, such effects are not always certain (Thibodeau, 2014, and Leonid Sirota’s post).

To recapitulateIn Canada, statutes that have judicially been recognized as having “quasi-constitutional” status do not always include provisions of the type considered to be a “form requirement”. When they do, this status is arguably a mischaracterization. Even when properly understood as a derogation from general statutory interpretation rules relating to the resolution of inconsistencies between enactments of a same legislature, quasi-constitutional status, as a matter of practice, has uncertain legal effects.

This post was originally published on I-CONnect on August 8, 2017: Maxime St-Hilaire, “Quasi Constitutional” Status as *Not* Implying a Form Requirement, Int’l J. Const. L. Blog, Aug. 8, 2017, at: http://www.iconnectblog.com/2017/08/quasi-constitutional-status-as-not-implying-a-form-requirement

Trinity Western: Did the Chief Justice of Canada make an illegal or questionable order?

By Patrick F. Baud and Maxime St-Hilaire

On February 23, 2017, the Supreme Court of Canada granted leave in two appeals arising from the British Columbia and Ontario law societies’ decision not to accredit of Trinity Western University’s law school. Trinity Western University, a private, evangelical Christian university in British Columbia, requires students to sign its Community Covenant as a condition of admission to the law school. The Community Covenant prohibits students from engaging “sexual intimacy that violates the sacredness of marriage between a man and a woman”. Without the law societies’ accreditation, the law school’s graduates will not be automatically eligible to be admitted to the bar. Lire la suite

Les droits des peuples autochtones devant la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples…. À l’Est de l’Afrique, rien de nouveau ? (ou presque)

Saisie par la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples à l’encontre du gouvernement Kenyan, la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples a rendu un jugement très attendu le 26 mai dernier.En effet, la décision concerne la dépossession du peuple Ogiek de ses terres ancestrales situées dans la forêt Mau au Kenya. Les Ogiek sont l’un des derniers peuples chasseurs-cueilleurs d’Afrique et leur existence est menacée par les expropriations dont ils sont victimes de la part du gouvernement kenyan. Cet décision est donc  un pas important puisqu’elle reconnaît les droits des Ogiek mais aussi et surtout apporte des réponses au statut des minorités indigènes et commence à baliser les droits des peuples au titre de la Charte africaine des droits de l’homme. Malheureusement, la Cour laisse le commentateur sur un sentiment d’inachevé. Si des avancées considérables sont apportées et vont au delà du droit des peuples autochtones, la définition proposée par la Cour est trop révérencieuse de la souveraineté des États. Sans dresser un inventaire complet des apports de la décision, et en dépit de la critique importante quant à la notion de population indigène, la Cour apporte aussi une nouvelle dimension au droit à l’alimentation qui mérite d’être saluée

 

Le regret : une définition laissée au bon vouloir des États

Dans un premier temps, la définition des peuples autochtones a été soulevée devant la Cour comme préalable permettant de circonscrire les droits dont pourrait bénéficier cette minorité. Il s’agit d’une question épineuse en droit international puisqu’il n’y a pas de consensus autour de la définition, la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones de 2007 se gardant bien par exemple de se prononcer sur la question. Dans sa décision, la Cour présente différentes définitions qu’elle pourrait retenir. Elle cite notamment expressément l’article 1er de la Convention 109 de l’OIT concernant les peuples indigènes et tribaux vivant dans les pays indépendants du 27 juin 1989. Comme le mentionne la Cour, cet article énumère une série de conditions pour définir un peuple autochtone à savoir : « qu’ils descendent des populations qui habitaient le pays, ou une région géographique à laquelle appartient le pays, à l’époque de la conquête ou de la colonisation ou de l’établissement des frontières actuelles de l’Etat, et qui, quel que soit leur statut juridique, conservent leurs institutions sociales, économiques, culturelles et politiques propres ou certaines d’entre elles ». La Convention ajoute au para. 2 que le sentiment d’appartenance est fondamental dans la définition d’un peuple autochtone. Peu ou prou, ces critères ont été repris par la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples dans un avis consultatif de mai 2007 qui ajoute le lien de domination (para. 12 de l’avis ). Alors qu’elle dispose d’une convention ainsi que d’un avis consultatif, la Cour a décidé d’écarter ces bases juridiques au profit d’une définition fournie par le Sous-Commission de la lutte contre les mesures discriminatoires et de la protection des minorités (para. 106 à 108 de la décision de la Cour). Si la définition s’inscrit dans les précédentes, elle s’en différencie car elle y ajoute deux critères : le premier est celui de la distinction volontaire par la population autochtone, le second est celui de la reconnaissance par les autorités étatiques que le groupe indigène relève d’une catégorie distincte. La Cour va même, au paragraphe 108 de sa décision, jusqu’à affirmer que ces critères constituent les standards actuels de définition des peuples autochtones en droit international – ce qui parait, en l’absence de consensus, un raccourci bien rapide. A minima, le critère de la reconnaissance étatique aurait pu être écarté par la Cour. En effet, les États, et particulièrement les États africains sont peu enclins à garantir les droits des populations indigènes. Qu’adviendrait-il des droits fondamentaux d’une telle minorité  dont l’existence serait constamment niée par les autorités ? Le critère, ici retenu par la Cour, laisse perplexe. Et on ne peut que le regretter ! La Cour (et le droit) aurait tellement gagné à dénationaliser le débat retenant des critères qui ne serait pas sous le coup des souverainetés étatiques, permettant alors d’objectiver la définition.

L’avancée : le droit à l’alimentation découlant du droit à la libre disposition des ressources naturelles

En général, le droit à l’alimentation est reconnu comme découlant du droit à la vie, et la Commission africaine a eu l’occasion, dans une décision du 27 octobre 2001 impliquant des populations autochtones de prendre position en ce sens. Or, la Cour considère dans l’affaire Ogiek que celui-ci découle de l’Article 21 qui vise à garantir le libre accès aux ressources naturelles. À vrai dire, même les commentateurs les plus éclairés n’avaient pas envisagé cette possibilité (voir sur ce point, M. Kamto (dir.), La Charte africaine des droits de l’homme et des peuples et le Protocole y relatif pourtant création de la Cour africaine des droits de l’homme – Commentaire article par article, Bruylant, Bruxelles, 2011, pp. 518 – 585). Or, la Cour, au paragraphe 200 de sa décision considère que l’expulsion des Ogiek des forêts Mau les a privé de leur nourriture traditionnelle, les Ogiek étant un peuple de chasseurs cueilleurs. Il s’agit là d’un point exemplaire de la décision de la Cour qui reconnait le droit à l’alimentation traditionnelle d’une population indigène. Considérer qu’il découle du droit à la libre disposition des ressources naturelles est aussi une formidable reconnaissance des spécificités des chasseurs cueilleurs d’Afrique dont on sait qu’ils se se font de plus en plus rares… et qu’il est donc nécessaire de les protéger !

 

Bien que porteuse d’espoir, cette décision de la Cour africaine, illustre les tensions actuellement ressenties à la Cour africaine, qui se doit de composer entre la souveraineté des États, parfois peu enclins à s’engager dans une protection effective des droits fondamentaux, et la nécessité de protéger ces derniers.

 

La décision R. c. Krajnc et les dissonances liées aux statuts juridiques de l’animal au Canada

 

La modification du statut juridique de l’animal au Code civil du Québec en décembre 2015, d’un bien à un être vivant doué de sensibilité, a fait grand bruit. La décision ontarienne R. c. Krajnc du 4 mai dernier a servi de rappel que l’animal est toutefois toujours un bien au sens du Code criminel.

Anita Krajnc, fondatrice de l’organisation activiste Toronto Pig Save, faisait face à une accusation de méfait, en vertu de l’article 430(1)(c) du Code criminel. Cette accusation fit suite à son action, le 22 juin 2015, d’avoir abreuvé des cochons dans un camion près d’un abattoir ontarien, lors de l’une des activités régulières de son organisation. Celle-ci vise à agir en tant que témoin des conditions des animaux d’élevage, particulièrement lors du transport, et à leur offrir des actes de compassion lors de leurs dernières journées de vie. À ce moment, le chauffeur du camion est sorti pour intimer Madame Krajnc de cesser d’abreuver les cochons du camion, ce qu’elle a refusé de faire. Il fut allégué par la Couronne que l’eau constituait en réalité un « liquide inconnu », pouvant mener au refus de l’abattoir d’accepter les cochons s’en étant abreuvés, voire tous les cochons de ce camion. L’action à la base de cette accusation fut filmée en entier. Lire la suite

L’avis de la Cour de Justice de l’UE du 16 mai 2016 sur l’accord de libre-échange Singapour – Union européenne : Une embuche de plus (?) sur le chemin tortueux de l’AECG

En 2013, la Cour de Justice de l’Union européenne (UE) a été saisie d’une demande d’avis afin de savoir si l’Union disposait d’une compétence exclusive pour conclure un accord de libre-échange avec Singapour. Cet accord, divisé en 17 chapitres (Le texte intégral de l’Accord est ici, en anglais malheureusement !), couvre des questions commerciales relatives à la suppression des droits de douane, mais aussi des domaines comme la protection des droits de propriété intellectuelle, les marchés publics, l’investissement étranger et contient un mécanisme de règlement des litiges investisseur État. Bien que différent, il peut être qualifié, en raison de son étendue, d’accord de nouvelle génération comme cela est le cas pour l’Accord économique et commercial global (Canada-Europe).

Jusque là, me direz-vous, en quoi ce jargon complexe nous concerne ?  Et bien, l’avis rendu par la Cour le 16 mai dernier, s’il tranche des questions de poutine interne européenne, est riche en enseignement pour l’accord de libre-échange entre le Canada et l’Union européenne (avis de la Cour du 16 mai 2016 ).

Dans ce cas d’espèce, la Cour devait déterminer si ce type d’accord relevait de la compétence exclusive de l’UE ou de compétences que l’Union partage avec ses 28 États membres. Bien compliqué a priori ! Or, les conséquences sont aisément compréhensibles. Si on est en présence d’une compétence exclusive, la capacité de conclure l’accord est réservée aux institutions européennes. En cas de compétence partagée, les États membres doivent se prononcer sur la ratification du traité.

Dans le cas de l’AECG, la crise connue à l’automne en Europe laisse à penser que – dans sa version actuelle – le texte, s’il devait être soumis à la ratification des États membres, ne recevrait pas leur onction. En effet, on se rappelle que la Région wallonne, par le biais du très médiatisé Paul Magnette avait fait savoir qu’elle refuserait de s’engager, empêchant par ricochet la Belgique de ratifier. Dans cette hypothèse, l’Union ne pourrait s’engager définitivement sur l’AECG.

On comprend alors mieux alors les enjeux de la question posée à la Cour sur le devenir de l’AECG. Si la décision de la Cour très bien accueillie par les opposants aux accords de libre-échange, elle constitue davantage une victoire à la Pyrrhus.

En effet, la Cour de justice de l’UE qualifie l’accord Singapour – UE d’accord mixte, ce qui nécessitera une ratification par chacun des États membres. Il s’agit de la confirmation d’un constat opéré depuis longtemps par la doctrine et d’un alignement sur les conclusions de l’avocat général. Le traité devra être soumis à la ratification des États membres pour lier définitivement l’Union. Par conséquent, on sait désormais avec une quasi-certitude que cela sera de même pour l’AECG. Là est la victoire des opposants.

À plus long terme, cette victoire risque davantage de se retourner contre les opposants. En effet, si la Cour considère que l’accord relève de la compétence partagée, elle a considérablement élargi les compétences exclusives de l’Union. Ainsi, seuls les investissements étrangers en portefeuille et l’arbitrage investisseur État relèvent tant de l’Union que des États membres (para 225 – 285 de l’avis du 16 mai). Toutes les autres dispositions comme celles relatives aux marchés publics dont on aurait pu penser qu’elles relèvent aussi des États membres deviennent des compétences exclusivement européennes (l’Avocat général avait par ailleurs conclu en considérant que ces domaines relevaient des compétences partagées et n’a pas été suivi par les juges de Luxembourg) . Dès lors, à l’avenir, on risque très bien de voir l’UE conclure des accords excluant ces domaines pour ne pas avoir à les soumettre à la volonté des États membres.

Concernant l’AECG, cet avis vient donc confirmer qu’il devra, a priori, passer par l’étape très incertaine de la ratification par les États membres. L’incertitude est donc de mise ! En outre, la Belgique souhaite que la Cour se prononce aussi sur la conformité de l’arbitrage-investisseur État au regard du droit européen. Cette question, sur laquelle la Cour n’était pas appelée à se prononcer dans le cadre de l’avis du 16 mai, pourrait bien – s’il était nécessaire –  encore donner des cheveux gris aux promoteurs de l’AECG.

Que pourrait-il alors se passer dans futur proche ? On peut tout à fait imaginer que l’accord demeure en application provisoire tel qu’il l’est en ce moment. Cette application provisoire ne met pas en œuvre les dispositions relatives à l’investissement étranger et l’accord produit ses principaux effets. On n’aurait pas ainsi è solliciter de ratification de la part des États européens et s’engager sur un terrain possiblement très accidenté.  L’autre voie serait – pour que le texte soit accepté par les Européens – de retourner en négociation pour tenter de vider le texte des sujets épineux pouvant nuire à son entrée en vigueur définitive. Bref, on n’a pas fini d’entendre parler du futur de l’AECG !

Une loi spéciale pour l’industrie de la construction : une intervention justifiée?

Le constitutionnaliste Peter Hogg est connu pour avoir élaboré la « théorie du dialogue » entre les tribunaux – notamment la Cour suprême – et les législatures provinciales et fédérales. Selon cette théorie, quand la Cour suprême invalide une loi qu’elle a trouvée inconstitutionnelle, elle inscrit dans ses motifs les jalons qui serviront à guider la législature dans la préparation d’une éventuelle loi de remplacement. Ainsi, les tribunaux ne seraient pas les arbitres finaux du contenu des lois, mais des interlocuteurs privilégiés dans le processus démocratique de leur élaboration.

À voir la conduite récente du gouvernement du Québec en matière de liberté d’association et de ses corollaires – les droits à la négociation collective et de grève – il semblerait plutôt être un dialogue de sourds.

Lire la suite

Entre idéalisme de la théorie critique et critique de la critique : qui peut se réclamer d’être plus critique?

Les définitions de la pensée critique en droit se sont fait concurrence en cette 6e Journée d’étude sur la méthodologie et l’épistémologie juridiques le 28 avril dernier à l’Université Laval, hôte d’une large délégation de l’Université de Sherbrooke (voir le programme ici). La journée fut organisée par Georges Azzaria, professeur à la Faculté de droit de l’Université Laval et Finn Makela, professeur à la Faculté de droit de l’Université de Sherbrooke, en collaboration avec la Chaire de rédaction juridique Louis-Philippe-Pigeon et le Laboratoire pour la recherche critique en droit (LRCD). Les interventions variées ont illustré les nombreux débats actuels au sein du monde des théories critiques en droit.

Se revendiquer du statut de théoricien-ne critique du droit est-il plus critique que de méta-critiquer la théorie critique? Qui a la légitimité de déterminer les critères définitionnels, et conséquemment d’exclusion, de ce qui constitue une manifestation de théorie critique? La réflexion sur les rapports de pouvoir, point de convergence de plusieurs approches généralement étiquetées critiques (marxisme, féminisme, Critical Race Theory, etc.), est-elle une condition sine qua non? Ou est-ce là déjà en contradiction avec une épistémologie critique, puisque constituant une position idéologique, politique? Toutes les positions épistémologiques ne sont-elles pas inévitablement idéologiques, la croyance en la neutralité et l’objectivité apolitiques en constituant une qui soit elle aussi idéologique? Quelle est la place du scepticisme postmoderne; son apogée est-elle justement une critique de la critique, ou un soupçon du soupçon? Ou est-ce que la critique de la critique se pose comme un retour à la période précédent le caractère en vogue de la théorie critique? Est-ce que la théorie critique en droit n’en est une que si elle est ancrée en droit, ou plutôt, est-ce qu’un apport disciplinaire autre s’avère nécessaire, comme celui de la philosophie ou de la sociologie? Que faire des revendications de « critique » de l’École de Francfort, interdisciplinaire, par rapport à celles des Critical Legal Studies, par exemple, alors que leurs conceptions mêmes du droit les opposent? Tout un casse-tête philosophique.

Même si nous sommes d’accord de ne pas être d’accord sur l’essence même d’une pensée critique, il importe également de réfléchir à sa mobilisation, et les fins de celles-ci. Est-ce que sont en compétition l’idéalisme des avenues réformatrices, voire révolutionnaires de la théorie critique, et le pessimisme faisant souvent suite à la déconstruction critique? Si l’on emprunte la voie de l’idéalisme, doit-on également emprunter celle de la reconstruction? Quelle est la place de la réflexivité des chercheur-se-s pour l’activité critique? Quelle est celle de la rhétorique?

Et quel véhicule privilégier? La doctrine? Qu’est-ce que la doctrine, quelle en est sa valeur? Que faire des canons de celle-ci, s’ils s’avèrent inadéquats à des nouvelles mœurs sociales, par exemple par des composantes sexistes ou racistes? Qu’en est-il des préjugés dont nous ne réalisons pas encore l’existence? L’exploration historique est-elle inévitable pour tenter d’adopter une réflexivité par rapport à cet élément? Les blogs juridiques, est-ce l’avenir, ou faut-il s’y abstenir de tenir des propos trop « critiques »? Comment modeler ses propos, sur le fond et sur la forme, pour ne pas participer à l’oppression critiquée? La féminisation, par exemple, est-elle inévitable en ce sens? Devrait-on étendre nos réflexions critiques de recherche aux autres sphères de la carrière universitaire, incluant l’enseignement?

Certainement, ce forum a offert à ses participant-e-s plusieurs pistes de réflexion et débats futurs, la confrontation de ses idées à d’autres au sein d’un climat ouvert étant une composante, il me semble, essentielle de la pensée critique. Bref, plus de questions que de réponses n’en sont ressorties, et n’est-ce pas là le signe d’une réflexion collective réussie!

(Merci à Maxime St-Hilaire, professeur à la Faculté de droit de l’Université de Sherbrooke, pour son appui à la rédaction de ce billet.)

De plus en plus « populaire », le populisme constitutionnel

Deux blogues internationaux de droit constitutionnel, I•CONnect et le Verfassungsblog, se sont réunis spécialement afin de tenir un « mini-symposium » sur le sujet du populisme constitutionnel. J’entends profiter ici de l’occasion que me donne cette lecture de rendre brièvement compte de ma compréhension de la notion.

Dans le cadre de ce symposium bloguesque, Rosalind Dixon a rappelé que le populisme connaissait actuellement une montée à l’échelle mondiale : Amérique latine (néobolivarisme), Hongrie, Pologne, Royaume-Uni (Brexit), États-Unis (trumpisme), France (FN). La liste aurait pu s’allonger des Philippines de Duterte et de la Turquie d’Erdogan, entre autres exemples.

Lire la suite

Des lapins et des congés : Pâques, la laïcité et le pluralisme juridique

Les théoriciens du droit s’intéressent souvent à la problématique du « pluralisme juridique ». Simple constat empirique pour certains, fondement d’une vision post-moderne du droit tous azimuts pour d’autres, le pluralisme juridique s’inscrit en faux contre la théorie dominante selon laquelle le droit consisterait en un ensemble de règles étatiques. Les pluralistes soulignent plutôt la multiplicité des sources de la normativité. Notre univers social déborde de champs semi-autonomes où l’on trouve des institutions reconnues comme légitimes par un segment de la population pour adopter, interpréter et mettre en œuvre des règles. Pensons, par exemple, aux fédérations sportives, aux partis politiques et aux communautés religieuses. Lire la suite

L’arrêt Jordan et la disposition de dérogation : pourquoi ni le PQ ni le PLQ ne se rendent à l’évidence.

Depuis que la Cour suprême a rendu l’arrêt Jordan, chaque arrêt de procédures prononcé pour motif de délais déraisonnables fournit une occasion pour une joute politique autour de l’utilisation éventuelle de la clause de dérogation. Selon le PQ, il est urgent de suspendre les droits constitutionnels des accusés afin d’éviter de « libérer des criminels ». Le PLQ répond que l’on devrait éviter d’utiliser l’« arme nucléaire en matière constitutionnelle ». Or, ce débat est purement fictif, car l’Assemblée nationale n’a pas le pouvoir d’invoquer l’article 33 de la Charte canadienne des droits et libertés en la matière. J’espère croire que les leaders du gouvernement et de l’opposition officielle ont des conseillers juridiques suffisamment compétents pour se rendre à cette évidence. Alors pourquoi le PQ demande-t-il l’utilisation de la disposition de dérogation? Et pourquoi le PLQ ne lui cloue-t-il pas définitivement le bec en expliquant que l’Assemblée nationale n’en a pas le pouvoir? J’émets une hypothèse : c’est en raison de la question nationale.

Lire la suite